31 Logements ZAC La Clais

Faisant face à la lisière bocagère de la ZAC, les logements profiteront d’une orientation Est/Ouest et une vue sur le grand paysage avec en toile de fond la Flume et le Bois de Champagne.

Les coursives animent la façade en relation avec le quartier, et forment un filtre à l’Ouest.

Ces dispositions permettent d’ écrêter le vent côté coursive et de créer un filtre et des séquences qui permettent d’intimiser.

Le bâtiment

La parcelle concernée est l’un des 4 îlots de logements collectifs de la Clais. Sur cette emprise, c’est un ensemble de 31 logements locatifs sociaux en R+4 avec sous-sol qui est prévu sur une superficie d’ilot de 2040 m².
Faisant face à la lisière bocagère de la ZAC, les logements profiteront d’une orientation Est/Ouest avec du soleil en début et en fin de journée et une vue sur le grand paysage avec en toile de fond la Flume et le Bois de Champagne.
Avec cet emplacement face à la vallée de la Flume, le bâtiment doit aussi composer avec les risques d’inondation. Ainsi, le rez-de chaussée serait occupé par un parking semi-enterré, ajouré et donc inondable avec en pied de façade une noue paysagère, de sorte à ce que l’eau puisse s’évacuer plus facilement en cas de crue de la Flume. S’agissant de logements locatifs, la règle de stationnement à respecter est d’une place par logement, soit 31 places de parking à prévoir.

Concernant l’habitat, il s’agit de logements locatifs sociaux PLUS ( = financé par le Prêt Locatif à Usage Social) ou PLAI ( = financé par le Prêt Locatif Aidé d’Intégration). Il s’agit donc de logements accessibles à tout type de revenus, d’âges et à toute typologie de ménages. L’intérêt de ces logements est de favoriser la mixité des habitants.
L’idée motrice de notre raisonnement est d’optimiser la desserte des habitations afin de générer des espaces de vie intermédiaires. Ces espaces supplémentaires prolongeraient les surfaces des logements tout en respectant l’enveloppe budgétaire, par le biais de dispositifs tels que des jardins d’hiver.
Enfin, les coursives comme éléments de desserte permettraient une mise en place de logements traversants et donc d’une ventilation naturelle et d’un éclairage optimal.

— L’insertion dans le site

Habiter la ZAC la lisière

Notre projet est un immeuble collectif qui se situe au sein d’un tissu pavillonnaire. Il se situe en lisière du Bois de Champagne . La densité en lisière bocagère et la topographie permettent de placer les logements collectifs sur les points bas du site (rapport d’échelle plus harmonieux)
Le bâtiment se situe donc en frange, entre deux milieux, un bâti et un paysager.
Il convient de traiter deux façades : celle de la ZAC et celle qui s’adresse au Bois de Champagne. L’une est une façade urbaine orientée vers le quartier habité et l’autre dont on entend bien qu’elle sera davantage tournée vers la forêt.

Articuler logements et contexte naturel

En proche, il s’agit de prendre conscience des masses bâtis du tissu pavillonnaire et du maillage viaire qui les irrigue et les connecte.
A partir de là, un travail sur la volumétrie d’ensemble nous a permis de trouver la bonne échelle et une axialité : En créant une faille, une relation se crée car l’échelle est adaptée avec ce qui existe autour (pavillonnaire) .
Ensuite différents tests d’articulation des bâtiments et d’inclinaison nous ont permis de choisir la meilleure solution : s’adresser au contexte, créer des vues, des orientations, ...
L’exposition Est Ouest est dominante et nous nous sommes posé la question des occupations et des usages :

○ coursives
○ séjour avec balcon ou loggias

S’il serait à priori naturel de s’orienter vers l’ouest, ici on pense inverser le dispositif : les coursives animent la façade en relation avec le quartier, et forment un filtre à l’Ouest Cela permet également d’orienter les pièces à vivre vers le paysage à l’Est.

— La conception bioclimatique

En premier lieu, nous collectons les données climatiques auprès des stations météorologiques locales puis nous extrapolons afin de vérifier les bonnes conditions d’implantation et d’orientation, les expositions souhaitables ou néfastes, les masques solaires, les heures d’ensoleillement, etc.

Nous avons principalement étudié le diagramme solaire, l’éclairement et la rose des vents :

○ Orientation Est-Ouest du projet
○ Vent sud-ouest / suroit dominant

Ces dispositions justifient les principes énoncés précédemment : écrêter le vent côté coursive, créer un filtre et des séquences qui permettent d’intimiser. L’environnement est moins venteux côté ouest donc plus propice aux espaces extérieurs
privatifs.

La fiche d’ilot privilégie l’ouest pour les pièces à vivre mais étant donné les éléments de contexte : vues sur le paysage / animer la façade sur le tissu pavillonnaire / vents / … cela nous semble plus adapté.
Ainsi, la conception bioclimatique est attentive à la compacité et aux apports solaires, en fonction des données climatiques et de l’insertion urbaine, mais d’autres aspects seront d’emblée interrogés avec les cotraitants comme ’économie d’énergie « ressource » (puisque l’énergie que l’on ne consomme pas est encore la meilleure), la moindre consommation de matière (ingénierie fine des éléments de structure notamment) et les équilibrages financiers nécessaires pour atteindre les objectifs de la RE2020.

— Les dispositifs architecturaux

La distribution en coursive

La coursive permet d’articuler l’espace commun de circulation et l’espace privé des logements.
Suivant les usages et configurations, cet espace intermédiaire permet de créer un maximum de logements traversants et peut favoriser les relations de voisinage.

Les espaces intermédiaires

Véritable transition entre espace urbain et espace domestique, les espaces intermédiaires sont des espaces privés visibles depuis l’espace public.
Un bon traitement de ces espaces tampons permet de répondre aux problématiques de confort, d’intimité, de sécurité, etc.
Ils permettent également d’apporter une plusvalue au logement car ils représentent une surface supplémentaire.

Les vues sur le grand paysage

Le grand paysage invite à la contemplation, qui peut être mis en avant grâce à des cadrages de l’architecture vers cette nature environnante.
Ici, à la lisière du bois de Champagne le grand paysage nous rappelle que ces parcelles furent longtemps le lieu de l’agriculture, de la culture du chanvre ou encore du lin.

Habiter la lisière

Les lisières sont bien plus que des espaces de transition, il s’agit de puits de biodiversité qu’il faut considérer devant les phénomènes d’extensions urbaines.
Habiter la lisière c’est savoir la préserver et la protéger pour vivre avec.
L’enjeu est de ne pas mettre en péril la santé des écosystèmes alentours, c’est pourquoi une épaisseur doit être traitée dans le projet pour agir comme bouclier face aux nuisances urbaines vers la campagne.

Les logements traversants et à double orientation

Les logements traversants et à double orientation permettent d’obtenir une meilleure ventilation, de mieux éclairer les intérieurs grâce à la lumière naturelle directe et d’offrir des vues différenciées.

— L’organisation du bâtiment

Le terrain

La parcelle est orientée du nord au sud selon une pente régulière descendante de 6% vers l’Est.
La situation exceptionnelle de ce collectif en lisière de forêt, en léger belvédère sur le bocage et la vallée de la Flume, constitue un atout majeur qu’il s’agira de magnifier par l’architecture.

Les accès

L’accès véhicules et piétons sont localisés au niveau de la voie à double sens desservant l’ilôt et en face de la faille.
La rampe de parking se développe vers le nord et l’entrée se réalise au nord du bâtiment A.
L’entrée piéton se fait en direction de la faille.
Le hall et les locaux techniques sont accessibles depuis la faille.

Le bâtiment

Le bâtiment est organisé suivant deux bâtiments A et B séparés par une faille et avec un socle commun constitué par le niveau de parking semi-enterré.
Les circulations verticales sont situées au niveau du bâtiment B et desservent des coursives à chaque niveau menant vers les appartements des deux corps de bâtiment.
Le bâtiment est de 4 étages sur rez-de-chaussée, considérant que le rez-de-chaussée est le niveau de parking.
Les logements traversants, bi ou tri-orientés bénéficieront de vues dégagées sur le ciel et le Bois de Champagne. Bien aérés et éclairés, les logements seront flexibles et adaptables à la fois aux changements et aux nouveaux modes de vie. grâce à la simplicité des volumes et des espaces de vie traversants.

La coursive

Plus qu’une desserte, nous avons dimensionné les coursives pour :

○ cadrer des vues vers le paysage de la ZAC
○ donner un rythme aux façades
○ créer des espaces intermédiaires, appropriables par les locataires et qui permettent de mettre à distance l’espace privé de la coursive.

En savoir plus

Infos projet

Maîtrise d’ouvrage :
NEOTOA
Lieu :
Pacé (35)
Équipe de conception :
ilimelgo (architecte)
Solab (BE fluide et thermique)
Ouest structure (BE structure)
Cabinet Lemonnier (économiste)
Mission :
Maîtrise d'oeuvre complète
Surface :
2050 m²
Coût des travaux :
N.C.
Phase/date :
Etudes en cours